10 juillet 2012

morphologie de la vigne

vrilles

restes de vrilles de vigne sur un fil de palissage en hiver

La vigne est une plante pérenne dicotylédone de type liane vitis vinifera. L'écorce est squameuse, les rameaux filiformes et flexibles portent des feuilles alternées au limbe découpé.

schéma-cep

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

schemas

 

Depuis les ravages du phylloxéra qui détruisit la quasi totalité du vignoble, le cep de vigne est composé d’un greffon (partie visible du cep) et d’un porte-greffe américain (les racines) américain résistant à la maladie. les rameaux poussant sur le porte-greffe, ou "américains", sont stériles.

greffe

 

 

 

 

greffe en omega

Posté par GhislaineD à 10:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

09 juillet 2012

les stades repères du développement

les stades phénologiques repères du développement selon le code Baggiolini (Il existe aussi le code Eichhorn et Lorenz, un peu plus détaillé)

Chateauneuf

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

cep en gobelet de Châteauneuf du pape sur son sol typique de galets roulés, au stade F de Baggiolini

stade A : Bourgeon d’hiver en dormance. L’oeil est recouvert de deux écailles brunes

stade B : Bourgeon dans le coton. Il gonfle, les écailles s’écartent pour laisser passer la protection cotonneuse

stade C : L’extrémité verte des premières feuilles est visible

stade D : Les feuilles sont sorties, encore repliées sur elles-même

stade E : Les feuilles s’étalent

stade F : Grappes visibles. Les inflorescences sont visibles, 4 à 6 feuilles sont à présent étalées

stade G : Grappes séparées. Les inflorescences grandissent

stade H : Boutons floraux séparés

stade I : Floraison. On parle de pleine floraison quand plus de 50% des fleurs sont ouvertes

stade J : Nouaison. Après la fleur, les ovaires commencent à grossir

stade K : Les grappes s’alourdissent et pendent, les baies sont à 50% de leur taille finale, de la taille d’un petit pois

stade L : Fermeture de la grappe. Les baies se touchent

stade M : Véraison. La grappe se colore

stade N : Maturité. Le raisin est mûr, son développement est maximal.

stades

 

Posté par GhislaineD à 11:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
08 juillet 2012

les cépages

Pinot noir et chardonnay se partagent la gloire en Bourgogne.

Les grands rouges viennent du pinot noir de Bourgogne, cépage au jus incolore délicat, sensible et exigeant. Craignant la chaleur, il est parfaitement adapté à la Bourgogne à qui il donne ses grappes bleutées. Le chardonnay est le cépage fin et élégant des plus prestigieux vins blancs. Ce raisin jaune d'or est précoce, moins compact que le pinot.

Il existe d'autres cépages : l'alligoté est un cépage blanc de bon rendement donnant le Bourgogne aligoté et entrant dans la composition du crémant de Bourgogne. Le gamay noir à jus blanc, cépage du Beaujolais, donne le rouge du Mâconnais et compose au deux tiers le Bourgogne passetoutgrain.

 

pinot noir

 

 

 

grappe de pinot noir

Posté par GhislaineD à 11:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
07 juillet 2012

viticulture intégrée, raisonnée et biologique

coquelicots

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La viticulture raisonnée : le traitement chimique est appliqué uniquement s'il est nécessaire, avec le produit le moins nuisible à l’environnement.

La viticulture intégrée : les objectifs en sont la préservation du sol, le maintient de la biodiversité, l'entretien du végétal, la protection de l'environnement. Elle se rapproche du bio mais ne s'interdit pas les produits chimiques.

La viticulture biologique : les vignes sont traitées uniquement avec des produits d’origine naturelle ou minérale pour aider la vigne à se défendre par elle-même.

 

hirondelles

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La viticulture a fait un usage intensif de pesticides (avec moins de 3% de la surface agrigole, elle représente 20% des usages). La nocivité des produits utilisés par les vignerons est en outre à l’origine de bon nombre d’accidents et de maladies professionnelles. Aujourd'hui, conscients qu’il faut travailler avec la nature et non contre elle, la plupart des viticulteurs optent pour la lutte raisonnée (90% des vignerons), voire le biologique (4% de la surface du vignoble). Protection des sols, maintien de la biodiversité, protection de l'environnement sont à l'ordre du jour. On promeut la lutte naturelle entre les espèces, on limite le recours aux produits phytosanitaires, on laboure les sols plutôt que de désherber.. La viticulture biologique est en plein essor depuis dix ans. La méthode est contraignante, demande plus de main d'oeuvre et nécessité un engagement motivé de la part du vigneron : il utilise des produits d’origine naturelle (cuivre contre le mildiou, soufre contre l'oïdium, engrais à base de végétaux et fumier de cheval, etc...) pour préserver l’équilibre écologique, il cherche à développer la présence de la faune auxiliaire qui joue un rôle important dans la lutte contre les maladies. Le bio qui passait pour une fantaisie à ses débuts auprès de la plupart des viticulteurs est aujourd'hui perçu comme une adaptation intéressante, notamment à la sensibilité de l'opinion publique.

 

cheval

 

 

 

 

 

 

 

 

Moins polluant, plus respectueux des sols qu'un tracteur et accédant aux parcelles les plus pentues, le cheval de labour est de retour en Bourgogne

Posté par GhislaineD à 11:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
06 juillet 2012

l'enherbement

L'enherbement atténue l'érosion du sol et son tassement, il favorise la vie auxiliaire. Il permet également aux tracteurs de circuler quel que soit le temps. La baisse de vigueur due à l'enherbement peut s'accompagner d'une augmentation de la qualité. Toutefois le maintient de l'humidité qui en résulte peut être un inconvénient lors des gelées de printemps.

enherbement

Posté par GhislaineD à 11:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
05 juillet 2012

les différents types de taille

Les tailles guyot, en gobelet, en cordon et toutes leurs variantes sont les systèmes de taille les plus répandus en France.

Taille courte sur charpente courte : le gobelet, formé de bras chargé chacun d'un seul courson de yeux. Il ne nécéssite pas de palissage. Le gobelet en éventail a ses bras alignés sur un même plan et permet le palissage.

gobelet

 

 

 

 

 

 

 

cep en gobelet

 

 

 

 

 

 

Taille courte sur charpente longue : le cordon de royat est formé d'une ou de deux charpentes où poussent des petits bras porteurs chacun d'un courson de deux yeux. Ce type de taille permet une prétaille mécanique efficace. Cette taille courte a un plus faible rendement que le guyot mais il est de bonne qualité.

 

royat

 

 

 

 

 

 

 

 

 

cep taillé en cordon de royat (cordon bilatéral à bras croisés)

 

 

 

 

Taille longue, la guyot simple porte une baguette et un courson. La baguette portera de quatre à six bourgeons (ou "yeux"), le courson en aura deux. La taille "guyot double" a deux baguettes. La taille chablis est constituée de trois à cinq charpentes porteuse de baguettes longues portant cinq yeux.

 

guyot   cep taillé guyot simple

 

 

Posté par GhislaineD à 12:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
04 juillet 2012

le palissage de la vigne

dérouleur

dérouleur de fil

Le palissage de la vigne soutient la végétation et évite son entassement (une bonne répartition du feuillage améliore la photosynthèse), les raisins sont mieux aérés et plus sains. Il permet aussi le passage des tracteurs dans les rangs. Sa hauteur est conditionnée par le climat. La prise au vent, le gel du sol, la maturation selon la hauteur de la zone fructifère sont les facteurs pris en compte.

La forme basse verticale est courante dans les vignobles bourguignons. Le palissage est composé de fils métallique et de piquets. Chaque rang est maintenu par quatre fils : deux fixes, en haut et en bas et une paire de fils releveurs, ou mobiles, ou accoleurs, au milieu. Les piquets les plus solides sont en acacia. Il en existe aussi des métalliques. Pour garantir l’efficacité du palissage, les piquets de tête (en bout de rang) sont plantés inclinés et ancrés par de solides amarres. Des piquets intermédiaires sont plantés tous les six ou huit ceps.

 

palissage

 

Dimensions : 95 à 110 cm entre chaque rang. 80 à 90 cm entre chaque pied. Entre les piquets 6 m à 7 m50. Hauteur des piquets 90 cm, du rognage 120 cm.

A - Amarre et fil d’amarre : Ils compensent l’effort du piquet de tête.

B - Piquet de tête : la pièce maîtresse du palissage. Incliné de 15 à 20 degré, il maintient tout le rang

C - Fil fixe du haut : les branches s’y accrochent par les vrilles.

D - Fils releveurs : ils maintiennent les sarments verticalement à 40 cm du fil porteur.

E - Fil porteur : à 40 cm du sol, on y attache la baguette.

F - Piquet de rang.

 

tendeur

 

 

 

 

Posté par GhislaineD à 12:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
03 juillet 2012

les maladies de la vigne

bouilleancienne bouille à dos en cuivre

 

le vigneron surveille de près ses vignes pour en détecter les parasites et les champignons et ensuite établir le bon diagnostic. Mais s’il doit écarter les risques encourus pour sa production, les traitements ne seront pas automatiques et s’adapteront à la gravité de la maladie. Après un usage intensif des pesticides, la nécessité de la protection raisonnée des vignobles est aujourd’hui bien comprise et acceptée.

 

diagnostic

 

 

 

 

dessin d'Emmanuel Dodet

 

 

Les confusions possibles lors du dépistage sont nombreuses : les mêmes symptômes peuvent être causés par des maladies différentes, lesquelles peuvent être présentes simultanément. Une maladie à différents stades peut présenter des signes variables, enfin d’autres facteurs, climat (humidité, gel, grêle...), carences ou traitements, brouillent les pistes.

 

esca

La forme foudroyante de l'esca de la vigne. Le cep s'est désséché en quelques jours.

 

Les parasites

Le phylloxéra : au 19ème siècle un puceron venant d’Amérique décime tous les ceps de vigne. Le mal noir détruit le vignoble Bourguignon entre 1870 et 1880. La vigne résistant naturellement à l’insecte aux États-unis, on décide de pratiquer le greffe telle qu’on la pratique encore aujourd’hui : un porte-greffe américain sur l’espèce française.

Les vers de la grappe provoquent des glomérules sur les boutons floraux. Les baies sont perforées, ce qui favorise l’implantation du Botrytis. La pose régulière dans les rangs de capsules de confusion sexuelle qui libèrent des phéromones femelles et perturbent la reproduction est un des moyens de lutte.

capsule

L’érinose provoque des gales foliaires contenant un feutrage blanc sur l’envers de la feuille.

La cicadelle verte : les piqûres de l'insecete provoquent un déssèchement des feuilles qui commence par un changement de couleur sur les bords.

La cicadelle de la flavescence dorée est une maladie très sérieuse, caractérisée par un port retombant des pampres.

Les champignons

L’esca de la vigne : La forme foudroyante : les feuilles se dessèchent très vite. Les grappes qui ne sont plus alimentées flétrissent. On observe à la taille que le coeur du bois est devenu tendre, comme du praliné.

L’eutypiose ralenti la croissance du cep qui présente alors un aspect buissonant caractéristique.

Le botrytis : on observe des taches triangulaires sur les feuilles, sur les grappes les baies se couvrent d’une pourriture grise.

Le black-rot ou pourriture noire s'attaque aux baies, la maladie n'est pas (encore) très présente en Bourgogne.

Le miliou est un champignon qui fait des dégâts considérables. Sur la grappe on observe d’abord le “coup de pouce” puis un dessèchement des baies : le rot brun.

L’oïdium est un champignon dont l’épidémie a été endigué par l’invention de la bouillie bordelaise il y a 125 ans. Il reste néanmoins toujours préoccupant. Tache d’huile, feutrage blanc et mosaïque sont les symptômes successifs de la maladie.

oidium

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L’excoriose entraîne des nécroses à la base du rameau.

Les carences en fer, potassium et magnesium sont les plus fréquentes.

Le millerandage : Les raisins millerandés ont de toutes petites baies, très sucrées : leurs fleurs n’ont pas été fécondées et les pépins ne se sont pas développés.

millerandage

 

 

Posté par GhislaineD à 13:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :