07 juillet 2012

viticulture intégrée, raisonnée et biologique

coquelicots

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La viticulture raisonnée : le traitement chimique est appliqué uniquement s'il est nécessaire, avec le produit le moins nuisible à l’environnement.

La viticulture intégrée : les objectifs en sont la préservation du sol, le maintient de la biodiversité, l'entretien du végétal, la protection de l'environnement. Elle se rapproche du bio mais ne s'interdit pas les produits chimiques.

La viticulture biologique : les vignes sont traitées uniquement avec des produits d’origine naturelle ou minérale pour aider la vigne à se défendre par elle-même.

 

hirondelles

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La viticulture a fait un usage intensif de pesticides (avec moins de 3% de la surface agrigole, elle représente 20% des usages). La nocivité des produits utilisés par les vignerons est en outre à l’origine de bon nombre d’accidents et de maladies professionnelles. Aujourd'hui, conscients qu’il faut travailler avec la nature et non contre elle, la plupart des viticulteurs optent pour la lutte raisonnée (90% des vignerons), voire le biologique (4% de la surface du vignoble). Protection des sols, maintien de la biodiversité, protection de l'environnement sont à l'ordre du jour. On promeut la lutte naturelle entre les espèces, on limite le recours aux produits phytosanitaires, on laboure les sols plutôt que de désherber.. La viticulture biologique est en plein essor depuis dix ans. La méthode est contraignante, demande plus de main d'oeuvre et nécessité un engagement motivé de la part du vigneron : il utilise des produits d’origine naturelle (cuivre contre le mildiou, soufre contre l'oïdium, engrais à base de végétaux et fumier de cheval, etc...) pour préserver l’équilibre écologique, il cherche à développer la présence de la faune auxiliaire qui joue un rôle important dans la lutte contre les maladies. Le bio qui passait pour une fantaisie à ses débuts auprès de la plupart des viticulteurs est aujourd'hui perçu comme une adaptation intéressante, notamment à la sensibilité de l'opinion publique.

 

cheval

 

 

 

 

 

 

 

 

Moins polluant, plus respectueux des sols qu'un tracteur et accédant aux parcelles les plus pentues, le cheval de labour est de retour en Bourgogne

Posté par GhislaineD à 11:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

06 juillet 2012

l'enherbement

L'enherbement atténue l'érosion du sol et son tassement, il favorise la vie auxiliaire. Il permet également aux tracteurs de circuler quel que soit le temps. La baisse de vigueur due à l'enherbement peut s'accompagner d'une augmentation de la qualité. Toutefois le maintient de l'humidité qui en résulte peut être un inconvénient lors des gelées de printemps.

enherbement

Posté par GhislaineD à 11:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
05 juillet 2012

les différents types de taille

Les tailles guyot, en gobelet, en cordon et toutes leurs variantes sont les systèmes de taille les plus répandus en France.

Taille courte sur charpente courte : le gobelet, formé de bras chargé chacun d'un seul courson de yeux. Il ne nécéssite pas de palissage. Le gobelet en éventail a ses bras alignés sur un même plan et permet le palissage.

gobelet

 

 

 

 

 

 

 

cep en gobelet

 

 

 

 

 

 

Taille courte sur charpente longue : le cordon de royat est formé d'une ou de deux charpentes où poussent des petits bras porteurs chacun d'un courson de deux yeux. Ce type de taille permet une prétaille mécanique efficace. Cette taille courte a un plus faible rendement que le guyot mais il est de bonne qualité.

 

royat

 

 

 

 

 

 

 

 

 

cep taillé en cordon de royat (cordon bilatéral à bras croisés)

 

 

 

 

Taille longue, la guyot simple porte une baguette et un courson. La baguette portera de quatre à six bourgeons (ou "yeux"), le courson en aura deux. La taille "guyot double" a deux baguettes. La taille chablis est constituée de trois à cinq charpentes porteuse de baguettes longues portant cinq yeux.

 

guyot   cep taillé guyot simple

 

 

Posté par GhislaineD à 12:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
04 juillet 2012

le palissage de la vigne

dérouleur

dérouleur de fil

Le palissage de la vigne soutient la végétation et évite son entassement (une bonne répartition du feuillage améliore la photosynthèse), les raisins sont mieux aérés et plus sains. Il permet aussi le passage des tracteurs dans les rangs. Sa hauteur est conditionnée par le climat. La prise au vent, le gel du sol, la maturation selon la hauteur de la zone fructifère sont les facteurs pris en compte.

La forme basse verticale est courante dans les vignobles bourguignons. Le palissage est composé de fils métallique et de piquets. Chaque rang est maintenu par quatre fils : deux fixes, en haut et en bas et une paire de fils releveurs, ou mobiles, ou accoleurs, au milieu. Les piquets les plus solides sont en acacia. Il en existe aussi des métalliques. Pour garantir l’efficacité du palissage, les piquets de tête (en bout de rang) sont plantés inclinés et ancrés par de solides amarres. Des piquets intermédiaires sont plantés tous les six ou huit ceps.

 

palissage

 

Dimensions : 95 à 110 cm entre chaque rang. 80 à 90 cm entre chaque pied. Entre les piquets 6 m à 7 m50. Hauteur des piquets 90 cm, du rognage 120 cm.

A - Amarre et fil d’amarre : Ils compensent l’effort du piquet de tête.

B - Piquet de tête : la pièce maîtresse du palissage. Incliné de 15 à 20 degré, il maintient tout le rang

C - Fil fixe du haut : les branches s’y accrochent par les vrilles.

D - Fils releveurs : ils maintiennent les sarments verticalement à 40 cm du fil porteur.

E - Fil porteur : à 40 cm du sol, on y attache la baguette.

F - Piquet de rang.

 

tendeur

 

 

 

 

Posté par GhislaineD à 12:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
03 juillet 2012

les maladies de la vigne

bouilleancienne bouille à dos en cuivre

 

le vigneron surveille de près ses vignes pour en détecter les parasites et les champignons et ensuite établir le bon diagnostic. Mais s’il doit écarter les risques encourus pour sa production, les traitements ne seront pas automatiques et s’adapteront à la gravité de la maladie. Après un usage intensif des pesticides, la nécessité de la protection raisonnée des vignobles est aujourd’hui bien comprise et acceptée.

 

diagnostic

 

 

 

 

dessin d'Emmanuel Dodet

 

 

Les confusions possibles lors du dépistage sont nombreuses : les mêmes symptômes peuvent être causés par des maladies différentes, lesquelles peuvent être présentes simultanément. Une maladie à différents stades peut présenter des signes variables, enfin d’autres facteurs, climat (humidité, gel, grêle...), carences ou traitements, brouillent les pistes.

 

esca

La forme foudroyante de l'esca de la vigne. Le cep s'est désséché en quelques jours.

 

Les parasites

Le phylloxéra : au 19ème siècle un puceron venant d’Amérique décime tous les ceps de vigne. Le mal noir détruit le vignoble Bourguignon entre 1870 et 1880. La vigne résistant naturellement à l’insecte aux États-unis, on décide de pratiquer le greffe telle qu’on la pratique encore aujourd’hui : un porte-greffe américain sur l’espèce française.

Les vers de la grappe provoquent des glomérules sur les boutons floraux. Les baies sont perforées, ce qui favorise l’implantation du Botrytis. La pose régulière dans les rangs de capsules de confusion sexuelle qui libèrent des phéromones femelles et perturbent la reproduction est un des moyens de lutte.

capsule

L’érinose provoque des gales foliaires contenant un feutrage blanc sur l’envers de la feuille.

La cicadelle verte : les piqûres de l'insecete provoquent un déssèchement des feuilles qui commence par un changement de couleur sur les bords.

La cicadelle de la flavescence dorée est une maladie très sérieuse, caractérisée par un port retombant des pampres.

Les champignons

L’esca de la vigne : La forme foudroyante : les feuilles se dessèchent très vite. Les grappes qui ne sont plus alimentées flétrissent. On observe à la taille que le coeur du bois est devenu tendre, comme du praliné.

L’eutypiose ralenti la croissance du cep qui présente alors un aspect buissonant caractéristique.

Le botrytis : on observe des taches triangulaires sur les feuilles, sur les grappes les baies se couvrent d’une pourriture grise.

Le black-rot ou pourriture noire s'attaque aux baies, la maladie n'est pas (encore) très présente en Bourgogne.

Le miliou est un champignon qui fait des dégâts considérables. Sur la grappe on observe d’abord le “coup de pouce” puis un dessèchement des baies : le rot brun.

L’oïdium est un champignon dont l’épidémie a été endigué par l’invention de la bouillie bordelaise il y a 125 ans. Il reste néanmoins toujours préoccupant. Tache d’huile, feutrage blanc et mosaïque sont les symptômes successifs de la maladie.

oidium

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L’excoriose entraîne des nécroses à la base du rameau.

Les carences en fer, potassium et magnesium sont les plus fréquentes.

Le millerandage : Les raisins millerandés ont de toutes petites baies, très sucrées : leurs fleurs n’ont pas été fécondées et les pépins ne se sont pas développés.

millerandage

 

 

Posté par GhislaineD à 13:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

02 juillet 2012

la faune et la flore

carapace

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

carapace vide sur feuille de vigne

 

Si les vignes qui habillent la Bourgogne semblent offrir un paysage monoculture, il suffit d’avoir le nez dedans pour y découvrir la présence d’une belle biodiversité, même si seule vitis vinifera est pécuniairement intéressante. Il y naît des dizaines de fleurs adventices et une multitude de bêtes plus ou moins visibles (à condition que le vigneron n’abuse pas des produits chimiquement agressifs). il y a les tapis de trèfles si douillets sous les pieds, les coins à pâquerette, le liseron qui aime s’accrocher aux jalons qui protègent les greffes. Les plantes plus hautes, comme les coquelicots, la vipérine bleue ou la marguerite, se réfugient sur les contours épargnés par la tondeuse. Les chardons un peu moins sympathiques couvrent les zones humides avant qu'on en s'en débarasse.

 

pissenlits

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

pissenlits

 

 

 

Il y a le temps des guêpes construisant leurs nids de papier, celui des coccinelles et de leur petites larves bleues, les premiers chants de grillon si réjouissants, les petits lapins de garenne surpris par l'arrivée du vigneron et qui se tétanisent... D’autres animaux plus gros ne font que passer tel le chevreuil ou le sanglier, visiteur nocturne des vignes aux abords des bois. 

 

buse

 

 

 

 

 

 

 

 

buse variable

Les oiseaux mènent leurs vies sans guère se préoccuper des humains qui triment pour le raisin : Le pic vert et son rire moqueur très reconnaissable, surnommé l’oiseau de la pluie parce qu'il est censé l’annoncer, et sur lequel on peste gentiment juste pour la forme. Les buses si majestueuses, très communes au dessus des vignes, et qu’on peut admirer de très près quand on circule sur les chemins silencieusement en vélo. Les corbeaux freux : en période de végétation, regroupés par dizaines ils plongent tous ensemble dans une parcelle où ils disparaissent quelques instants avant de redécoller pour redescendre quelques centaines de mètres plus loin... Et à l’automne les nuages d’étourneaux rappliquent avec leurs spectaculaires arabesques ondoyantes.

 

nid

Ffrrrrt !!! Venant du feuillage, il a frolé l'ouvrier en s’enfuyant. Pas le temps ne serait-ce que d’apercevoir l’oiseau qu’on a dérangé et qui a laissé pour un moment ses quatre oeufs bleus, bien cachés au creux de son nid calé entre les branches.

Posté par GhislaineD à 11:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
01 juillet 2012

lexique

Accolage : rangement des pampres après le relevage.

Acrotonie : développement plus important des bourgeons terminaux.

“Américain” : rejet stérile du porte-greffe (d’origine américaine).

americains

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

AOC : appellation d'origine contrôlée.

Aoûtement : brunissement et durcissement des rameaux (lignification).

Auxiliaires : faune utile à la destruction des ravageurs.

Ban des vendanges : Arrêté préfectoral fixant la date des vendanges.

Brouette à sarment : braséro sur roue dans lequel les sarments sont brûlés en hiver.

Cabotte : édicule en pierre sèche servant d'abri et de remise pour les outils.

Cep : pied de vigne.

Cépage : variété de plant de vigne.

Climat : lieudit viticole.

Cordon de royat : système de taille courte formé d'un ou deux bras pourteurs de coursons.

Coupée : interruption des rangs longs en leur milieu.

Courson : sarment de l’année taillé à deux yeux.

Débourrement : gonflement des bourgeons, signe de la reprise de l’activité de la vigne.

Démontage : taille préparatoire d’hiver.

Dormance : état de la vigne qui ne se développe pas pour des raisons climatiques et physiologiques.

Ébourgeonnage : élimination manuelle des bourgeons superflus pour la production.

Écimage : suppression de l’apex des rameaux.

Effeuillage : élimination d’une partie des feuilles en été pour aérer les raisins.

Éjetonnage : voir ébourgeonnage.

Entre-coeur : rameau secondaire.

Épamprage : voir ébourgeonnage.

Évasivage : voir ébourgeonnage.

Gobelet : système de taille courte de plusieurs bras porteurs chacun d'un courson.

Gourmand : rameau issu du vieux bois.

Greffage : soudure d'un greffon donnant les raisins sur un porte-greffe américain.

Guyot : système de taille longue formé d'un courson et d'une baguette.

Millerandage : mauvaise fécondation de la grappe, les baies ne se développent pas.

Millésime : année de récolte du raisin.

Opérations en vert : ensemble des travaux durant la période de végétation.

Ouvrée : surface de vigne correspondant à 4,28 ares.

Pampre : rameau de vigne vert (avant aoutement).

Pleurs : écoulement d'eau par les plaies de la taille avant la reprise du cycle végétatif.

Prétaillage : coupe mécanisée de l'extrémité des sarments en petits morceaux.

Relevage : enserrement du feuillage entre les deux fils mobiles maintenus par des agrafes.

Repiquage : remplacement des ceps morts par des jeunes plants.

Rognage : taille du feuillage au tracteur (rogneuse) ou manuellement à la cisaille.

Sarment : rameau de vigne (après aoutement).

Sarmentage : élimination par broyage ou brûlage des sarments taillés.

Travaux en vert : voir opérations en vert.

Vendanges vertes ou vendanges en vert : suppression du surplus de raisin fin juillet.

Vendanges : récolte des raisins à maturité.

Véraison : coloration des baies.

Verjus : raisin qui a poussé sur les entre-coeurs.

Yeux : bourgeons.

 

acrotonie

phénomène d'acrotonie

Posté par GhislaineD à 12:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
30 juin 2012

les illustrations

entete

 

Les dessins de ce blog sont de 3 types : au crayon sur papier, au crayon puis numérisé et mis en couleur à la palette graphique sous photoshop, ou tout numérique.

emmanuel

au crayon de papier : portrait d'Emmanuel enfant

 

cheneparlant

crayon et feutre puis mise en couleur Photoshop : "Le chêne parlant" de Georges Sand, aux Éditions de Saint Mont

 

moutarde

tout Photoshop (à gauche le modèle) : dessin pour l'agence de com JPM&associés

 

Photoshop est surtout connu pour être le meilleur logiciel de traitement de l'image (de retouche photo) mais c'est aussi l'outil idéal pour dessiner. Il est hors de prix pour un particulier mais Photoshop Element, son petit frère "light", est tout à fait abordable et propose à peu de choses près les même outils de dessin.

L'outil "pinceau" est, pour les illustrations montrées dans ce blog, le seul utilisé pour dessiner et peindre. Il propose toutes sortes de tailles, de modes et d'opacités, et une infinité de couleur. S'y ajoute l'outil "lasso", avec plus ou moins de contour progressif, pour sélectionner la zone qu'on souhaite mettre en couleur. Les calques permettent de travailler séparément certaines parties du dessin et de les retoucher à volonté  en préservant les autres. Entre la main et l'écran, la tablette Wacom et son stylet donnent autant de souplesse et de finesse que le dessin sur papier.

permis1

L'exemple de l'illustration pour une vitrine d'auto-école : à gauche un dessin paru en 1898 représentant une piste d’apprentissage pour les conducteurs devant apprendre à éviter les obstacles, représentées par des silhouettes en fer. Il sert de modèle. A droite le dessin réalisé au crayon.

 

permis2

 

La graphiste souhaitait avoir une marge de manoeuvre pour la mise en page, aussi chaque personnage a été créé séparément, de façon à ce qu'ils puissent être déplacés, et la mise en couleur s'est faite aussi sur des calques différents.

dessinatricedessin d'Emmanuel Dodet

 

Après les dessins à la plume des années 80 recommencés parfois une dizaine de fois avant d'obtenir un sans-faute, les portraits d'enfants à la sanguine sur format raisin dont deux étaient ressemblant mais le troisième "c'est pas vraiment ça, vous ne pouvez pas recommencer ?", la merveille des merveilles avec l'informatique, c'est le droit à l'erreur : le "pomme Z" qui permet de remonter dans l'historique du dessin en cas de regret ou de maladresse.

Il arrive parfois, aussitôt après une bévue dans la vraie vie, de penser un "pomme Z" suivi d'une frustration, parce qu'hélas ça ne marche qu'avec l'informatique, le droit à l'erreur.

 

Posté par GhislaineD à 10:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
11 septembre 2011

merci

un grand merci à ceux qui se sont donné la peine d'écrire pour dire qu'ils appréciaient ce travail et à ceux qui l'ont mis en lien sur leur site

Posté par GhislaineD à 20:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

à propos de l'auteur

Nuitonne tâcheronne et illustratrice, autodidacte pour les deux, Ghislaine Dodet est la fille d’un ouvrier vigneron et d’une mère qui a élevé leurs douze enfants.

Tout en dessinant sans relâche elle a étudié la couture, fait les marchés dans un bazar, avant de devenir tâcheronne comme son père. Vu du milieu ouvrier, ce n'était pas rien de ne pas avoir de patron sur le dos (le tâcheron travaille seul les vignes qui lui sont assignées), de gérer son temps comme bon lui semble et de changer de besogne régulièrement. Et surtout, pour peu que l'on s'y prenne bien, on dispose de temps pour faire autre chose, en l'occurence crayonner.

Après une formation en infographie, elle s'évade avec bonheur une dizaine d’année dans le graphisme et l’illustration, pour l'enseignement agricole d'abord, puis pour l'imprimerie, les agences de communication et l'édition.

Elle reprend ensuite des vignes en tâche pour faire bouillir la marmite, avec l'envie de montrer ce métier qui change au fil des saisons. L'infographie lui a donné accès à la couleur, les années passées à dessiner des plantes et leurs maladies pour les cédéroms des éditions Éducagri lui ont appris la didactique visuelle, et internet permet de ne pas garder tout ça pour soi toute seule...

 

ruines

 

 

Posté par GhislaineD à 13:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,