15 juin 2014

juin

Il fait beau il fait chaud. Lever à 4 heures pour être dans les vignes à 5 et quelque, dès qu'il fait jour. On croise en route quelques chats en chasse.

La fraîcheur est délicieuse, pas de France Culture dans les oreilles les deux premières heures pour savourer le calme complet (enfin, sans bruits d'origine humaine plutôt). Déjà à 7 heures on entame le gâteau au chocolat avec le premier café, le casse-croûte de 9 heures est trop loin ; pourtant la matinée paraît bien courte en comparaison d'un après-midi qui fait un quart de moins mais où le soleil rend la tâche si pesante.

sortie-scolaire

pas le temps de finir un dessin le week-end, prendre du repos est la priorité dès qu'on a un peu de temps libre

Sur le chemin entre les Porrets et les Roncières, aux habituels coureurs, marcheurs et promeneurs de chiens s'ajoutent à l'arrivée de l'été les randonneurs lestés de sacs à dos (qui suivent un des chemins de Saint Jacques de Compostelle qui passe par là ?) et les classes de collégiens, guidés par leur prof de sciences qui essaie de garder le contrôle en leur faisant croire que la note de cette sortie comptera comme la première de l'année suivante...

 

Posté par GhislaineD à 18:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

14 mai 2014

premiers relevages

Le premier relevage s'effectue (à peu près) lorsqu'on ne voit plus le haut des piquets de rangs, parce qu'il est masqué par la végétation.

L'ébourgeonnage est terminé, on a même eu le temps d'accoler quelques plants à leur jalons. Thermos, couvre chef et crème solaire, tout est prêt pour les longues journées au soleil, sauf que les températures frisquettes ralentissent nettement la croissance et que le tâcheron fait le pied de grue

Le moment venu il faudra gérer les différentes parcelles, quitte à relever trop tôt les moins poussées parce qu'il est temps de repasser dans les premières, et que si on ne s'y met pas, les pampres devenues trop longues pour la hauteur des fils au premier relevage vont se coucher sous leur poids et que ça va nettement nous compliquer la vie. Heureusement tout ne pousse pas tout à fait en même temps. Selon que la vigne est enherbée ou non, qu'elle est jeune ou vieille, plus ou moins bien exposée, il peut y avoir pas mal d'écart.

 

vrilles-été

Posté par GhislaineD à 16:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
16 juin 2013

le relevage

Après des semaines désespérantes de froideur et d'humidité, la montée des températures a fait passer la vigne en phase de croissance rapide et il est enfin temps de relever. 


femme relevant

Le relevage est l’enserrement des pampres dans les fils mobiles (ou fils accoleurs) qui sont maintenus avec des agrafes. Cette tâche doit être effectuée très rapidement et au bon moment : avant que les rameaux n'aient poussé au point de se rejoindre au milieu des rangs mais pas trop tôt pour les maintenir correctement et les prendre tous dans les fils.

Le relevage s'effectue en deux étapes : au premier passage, les rameaux ne sont pas encore très longs et les fils sont remontés à environ trente cen-timètres au dessus de la baguette. Ils sont accrochés avec une agrafe métallique contre chaque piquet et éventuellement une au milieu dans les rangs courts où les fils sont sont souvent un peu plus lâches (parce que plus difficiles à retendre).

 

relevage

 

 

Au second passage, la végétation a pris de la vigueur et doit être contenue fermement. Les deux fils accoleurs sont rehaussés encore de vingt à trente centimètres et des agrafes sont rajoutées tous les deux ceps.

En bout de rang les pampres suffisamment grands sont repassés entre les deux fils accoleurs. La main doit être adroite et légère, les rameaux encore très fragiles cassent bien trop facilement. Les quatre rameaux des ceps d’embout sont liés une première fois contre le fil d'amarrage, le lien restant ample pour ne pas les briser. Au second relevage il est détaché et on resserre plus haut contre le piquet, cette fois en serrant bien pour contenir la force des branches devenues cette fois bien plus résistantes.

Si le travail est fait à toute allure - on relève 3 hectares et demi en une grosse semaine - c'est que cette liane qu'est la vigne pousse de plus de dix centimètres par jour au plus fort de la croissance. Le tâcheron ne prend pas le temps de souffler et accumule les journées de dix ou douze heures, priant pour ne pas avoir affaire aux orages. Mais quand la vigne grandit régulièrement, c'est facile et le avant/après vaut le coup d'oeil.

relevage 2rangs

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

rang avant et après relevage

Le matériel utilisé :

Des agrafes. Celles en bois ou en plastique se dégradent et durent un an, celles en métal sont récupérées chaque année. On peut mixer : des agrafes métalliques aux piquets pour garantir la solidité du relevage et les provisoires au milieu.

Des liens papier/acier de cinquante centimètres environ. Ils servent à attacher au fil d’amarre les pampres du cep en bout de rang au premier piquet (on utilisait autrefois des joncs qu'on enveloppait dans une toile mouillée pour les garder souples. Trop secs ils cassaient, trop détrempés ils pourrissaient).

Une pochette cousue à un lien ceinturé à la taille, c’est le plus pratique pour y piocher les agrafes et les liens.

 

pochette

Posté par GhislaineD à 14:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
19 mai 2013

les travaux en vert

Les travaux ou opérations en vert sont les tâches effectuées pendant la période de végétation. Ils débutent au mois de mai avec l’ébourgeonnage et se terminent fin juillet (pour le tâcheron) avec les vendanges vertes. Au contraire des travaux d’hiver, l'énergie dépensée est moindre mais les journées beaucoup plus longues.

Le relevage et l’accolage, en phase de croissance rapide, doivent se faire très rapidement. Les rameaux grandissent de dix à quinze centimètres par jour, il sagit de suivre le rythme. Une intervention trop tardive augmenterait considérablement le travail, occasionnerait des dégâts et pourrait gêner le passage des tracteurs qui doivent traiter dans les temps. Dès l’ébourgeonnage des saisonniers viennent la plupart du temps grossir les équipes permanentes dans les domaines.

saisonniers

saisonniers au relevage

Le tâcheron travaillant seul (femme et enfants lui prêtaient autrefois main forte durant cette période quand on était moins regardant sur la législation), il arrive aux aurores pour profiter du frais pour dix à douze heures de labeur, le samedi souvent aussi, voire dimanche s’il le faut. Se protéger de la chaleur et du soleil tout au long de la journée (où le dos fini par bronzer même à travers la chemise) est essentiel, pas question d'oublier le couvre-chef et les bouteilles d’eau au bout du rang.

 

canicule

 

 

 

 

dessin d'Emmanuel Dodet

 

 

 

 

Mais pour cette année 2013, le tâcheron à ressorti du placard une polaire pour l'ébourgeonnage, sous le ciré. La vigne ne pousse guère, au moins il aura tout le temps de terminer sa tâche avant le relevage.

Posté par GhislaineD à 12:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
25 août 2012

les orages

Les orages sont redoutés pendant le relevage. Outre les dégats qu'ils peuvent occasionner à la vigne, ils y sont dangeureux pour les hommes. Avec le maniement de ces fils métalliques qui courent tout le long des parcelles, le foudroiement est un risque non négligeable. En théorie il vaut sortir des rangs au premier coup de tonnerre, en pratique, l’urgence du travail amène à le faire au dernier moment, seulement quand les éclairs se rapprochent trop.

orage

 

 

 

 

dessin d'Emmanuel Dodet

Posté par GhislaineD à 08:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

les vesces et le relevage

vesce

 

Les vesces sont des légumineuses très pénibles : elles nappent le terrain, poussent sur les fils et s’y accrochent, les maintenant solidement au sol, obligeant l'ouvrier à tirer avec force sur des dizaines de mètres pour les dégager.

Posté par GhislaineD à 08:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :